Philosophie moderne
Daniel  DESROCHES
Collège Lionel-Groulx

Recherche active
  


La vie philosophique
dans la culture moderne
  
  
Contexte
  
À partir de quelques héritiers auxquels a déjà fait allusion Hadot et d'une hypothèse forte de Foucault, l'étude de la philosophie comme mode de vie doit se prolonger chez les auteurs «modernes». Dans le contexte d'une reprise des exercices spirituels et des attitudes antiques entre le XIVe et le XIXe siècle, nous aborderons Montaigne, Descartes, Kant, Kierkegaard, Schopenhauer et Nietzsche, mais également Pétrarque, Spinoza et Shaftesbury. Si elle était concluante, cette recherche illustrerait que la rupture instaurée par la modernité dissimule, malgré elle, la continuité des thèmes essentiels de la philosophie comme manière de vivre.
  
Questions
    
Prenant acte du changement important de vocation de la philosophie à l’époque moderne, la question est de savoir si l'on retrouve, entre les XIVe et XIXe siècles, les grandes options existentielles qui caractérisent la philosophie antique, c'est-à-dire le socratisme, le cynisme, le scepticisme, l'épicurisme et le stoïcisme? Peut-on établir une filiation entre les écoles antiques et les auteurs modernes? Bref, que sait-on de la vie philosophique moderne? 
   
Hypothèses de travail
 
L'une des hypothèses fortes de Foucault, qu’il appelle le «moment cartésien», affirme qu’à partir de la découverte du sujet rationnel de la connaissance, les exercices spirituels ne sembleront plus nécessaires pour accéder à la vérité, car l’évidence intellectuelle deviendra un critère suffisant. L'âge moderne de la vérité se dégagerait ainsi de la spiritualité antique pour laquelle la vérité n'était donnée qu'au prix d'un travail effectué sur soi-même. Or, selon Hadot, les attitudes existentielles et les exercices expérimentés par les philosophes antiques ne disparaissent pas complètement des préoccupations des auteurs modernes...
  
Partant de cette divergence entre Hadot et Foucault, la recherche qu'il s'agit de poursuivre reconnaîtra: 1) que les principaux héritiers modernes ne proposent pas des «modes de vie philosophiques», mais la reprise personnelle d'attitudes existentielles antiques; 2) qu'une part significative de l'activité philosophique moderne peut être décrite en termes d'exercices spirituels; 3) que si le discours rationnel de justification des philosophes modernes ne porte pas sur la valeur éthique des attitudes existentielles, celui ne les exclut pas pour autant.
 
   
Éthique de la cohabitation  Retour