Éthique de la cohabitation
Daniel  DESROCHES
Collège Lionel-Groulx

Recherche active






  


Éthique, écosophie
et écologie profonde



  


  


Contexte


 


La philosophie comme mode de vie devait conduire à une réflexion d'ensemble portant sur la manière d'habiter Gaïa, la Terre vivante. Une telle réflexion appartient à l'éthique et relève désormais de l'éthique environnementale. Mais comme les recherches qui orientent cette discipline reposent sur des distinctions et des concepts théoriques – comme l'extension de la considération morale, l'attribution d'une valeur intrinsèque à la nature ou la querelle de l'anthropocentrisme – il appert que les travaux les plus influents n'aient pas eu comme visée prioritaire de modifier le mode de vie en élaborant des pratiques durables. Qu'en est-il alors de l'écologie profonde inspirée par Rachel Carson et développée par Arne Naess ?


  


Questions


   


Nous estimons qu'une éthique véritable devrait pouvoir, non seulement se justifier en raison, mais inciter aussi à des changements dans la vie pratique – afin de favoriser l'adoption d'un mode de vie plus durable. C'est parce qu'une éthique cohérente doit intégrer à son discours une dimension pragmatique (ou éthopoétique) que nous avons confronté la pragmatique de l'écologie profonde de Naess au pragmatisme environnemental de Norton. Or des questions subsistent : l'accent placé sur la pertinence pratique du discours peut-il suffire en éthique ? L'éthique environnementale peut-elle ignorer la défense concrète des sols vivants, de la flore, des arbres en ville ou de la faune menacée ? Enfin, comment valorise-t-elle la vie ?


   


Hypothèses de travail


  


Nos hypothèses de travail seront celles-ci : 1) une éthique environnementale complète doit inclure la justification pratique d'un mode de vie alternatif, à savoir d'une écosophie ; 2) une  écosophie ne saura faire l'économie de la description d'un ensemble de pratiques durables ; et 3) une réflexion écosophique fondée devra s'adjoindre des études régionales portant sur des biotopes propres ou des environnements vivants. Inspirant des modes de vie alternatifs comme les cohabitats (ou écotopies), une écosophie doit permettre de mieux vivre en ville.


  



Aperçu


  



Des études antérieures et des projets en cours peuvent être regroupés sous le titre : éthique, écosophie et écologie profonde. Il en va, par exemple, d'une recherche récente portant sur la valeur considérable des boisés urbains pour la santé publique et d'une autre consacrée à la place du sol vivant dans la toute première éthique environnementale, l'éthique de la terre d'Aldo Leopold. D'autres études viendront enrichir ce volet sur l'écosophie et les biotopes.


 


Pour en savoir plus :


 


La pragmatique discursive de l'écologie profonde de Naess
ou le pragmatisme environnemental de Bryan Norton ?
 Résumé [PDF]


  


Sol vivant et éthique environnementale chez Aldo Leopold
Congrès 2015 de la Société de géographie de Québec
 Résumé [PDF]


 


  


 Éthique de la cohabitation  Retour