Moai_Ile_de_Paques
Daniel  DESROCHES
Collège Lionel-Groulx

Recherche inédite




  

Éthique de la cohabitation

  

  

Contexte

  

L’éthique contemporaine devrait prendre en compte, non seulement les principes, mais aussi les médiations pratiques nécessaires à la transformation personnelle et sociale. En cela, elle ne peut ignorer le mode de vie qui rend possible les dilemmes moraux et leur signification. Par ailleurs, l’élargissement de la considération morale à la nature et aux autres formes de vie implique que la réflexion éthique affronte la crise environnementale. Enfin, la nécessité de prendre en compte l’Anthropocène, à savoir l’impact de l'interférence humaine sur les cycles naturels, est devenue incontournable pour toute éthique de notre époque.

 


Problématique

   

Face à un effondrement de la civilisation thermo-industrielle, comment pose-t-on la question éthique aujourd'hui ? Si l’éthique ne peut plus se limiter aux relations sociales, mais déborde sur le sort des communautés vulnérables, sur les autres formes de vie et sur la pérennité du patrimoine naturel commun, la question éthique ultime est donc celle de la cohabitation. Si l’éthique est d’abord l’affaire d’un sujet dont les pratiques s’inscrivent dans un mode de vie dont l'empreinte varie, la question fondamentale porterait sur la cohabitation avec soi, avec les autres vivants et avec l'écosphère. Contrairement au minimalisme moral qui caractérise la pensée libérale, l’éthique est une réflexion englobante qui exige une nouvelle ontologie.

   

Questions

  

Se peut-il que la crise environnementale actuelle, reliée à l’avènement de l’Anthropocène et aux inégalités mondiales qui en découlent, exige une toute nouvelle position du problème ? Une approche renouvelée peut-elle faire fi du mode de vie et de l’empreinte écologique de ceux qui voient un enjeu moral dans la manière dont le capitalisme organise la prédation des ressources ? Qu’est-ce que cohabiter avec soi, avec les autres communautés humaines et avec la nature pour une espèce dont l’histoire se résume à accroître sa puissance au dépens de son environnement afin d’améliorer les conditions de vie d'une minorité ?

  


Hypothèses de travail

  


Plus fondamentale que la justification des normes, l’éthique pose la question du mode de vie qui permet la cohabitation universelle. La cohabitation est également la visée nécessaire de la justice intergénérationnelle. Plus englobante que la sphère anthropocentrique des valeurs accordées aux humains, l’éthique doit élargir la considération morale à tout ce qui soutient la vie sur terre. Reposant sur la structure termaire des pôles grammaticaux (sujet, communauté et nature), l’éthique de la cohabitation discute des pratiques en considérant la réalisation de soi dans une perspective élargie. Enfin, une éthique de la cohabitation se présente comme une écosophie qui implique une nouvelle vision du monde, une nouvelle ontologie.

 

Pour en savoir plus :

 

Adresse aux collègues du Collège Lionel-Groulx
Bulletin De vive voix du syndicat des enseignants
Adresse [PDF]

 


La planète s'invite au Collège Lionel-Groulx
Affiche et plan de la conférence du 21 mars 2019
Affiche [PDF]

 

Daniel Desroches – RechercheRachel Carson – éthique environnementaleDaniel Desroches